Défi réduction d’électroménager: J’ai décidé de renoncer à mon four

Dans la continuité de ma démarche de simplicité je songe depuis longtemps à me séparer de mon four. Oui vous avez bien entendu le four, ce soi disant indispensable de nos cuisines, qu’il nous est presque impossible de pouvoir penser s’en passer.

Il y a plusieurs points qui m’ont fait évoluer dans ce sens, bien évidemment le four est un appareil très gourmand en énergie, qui même s’il est bien entretenu a une durée de vie limité, il n’est pas très écologique mais ce n’est pas ma principale raison pour chercher à m’en séparer.

Je m’interroge énormément sur l’alimentation, je cherche à avoir une alimentation la plus saine possible et les modes de cuisson sont une question importante dans la mise en place d’une démarche santé.

Quels sont les méfaits de la cuisson au four ?

On peut citer la dégradation de nombreux nutriments , des vitamines, acides gras essentiels liés aux hautes températures de cuisson mais je dirai que le gros point noir de la cuisson au four est une molécule chimique, l’acrylamine. Il s’agit d’un composé qui se forme lors de la cuisson à une température supérieure à 120°C de certains aliments riches en amidon et en asparagine (acide aminé naturel rentrant dans la composition de protéines). Cette substance est classée cancérigène avéré pour l’animal et cancérigène potentiel pour l ‘homme depuis 1994, elle était alors connue comme un danger associé à la fumée de cigarette, elle est également toxique pour les cellules de la reproduction du système nerveux.

Les aliments principalement concernés sont les gâteaux, les pains, les biscuits, les pommes de terre au four, les frites, chips… en fait dès que l’aliment commence à dorer, on parle en chimie de «réaction de maillard» qui produit l’acrylamine.

Bien évidemment on retrouve ces composés aussi lors de la friture des aliments, ou lorsqu’on fait griller du pain.

Bref en combinant ces informations avec le caractère énergivore du four, je me suis donc mise à utiliser mon four le moins souvent possible, et lors de l’élaboration des plans de ma cuisine prévue pour ma future maison, j’ai décidé tout simplement de ne pas prévoir de four. Il est juste impensable pour moi, d’acheter et de payer l’énergie pour un mode de cuisson qui potentiellement pourrai être néfaste pour ma santé et celle de ma famille. Je préfère y renoncer quitte à bousculer mes habitudes, au contraire j’adore les défis. Car oui on peut vivre, et même très bien sans four.

Des solutions existent :

La solution de remplacement la plus facile qui me soit tout d’abord venue est la pâtisserie crue. J’adore les gâteux crus, si vous ne connaissez pas je vous conseille d’essayer c’est surprenant et il y a fort à parier que vous soyez conquis. Mais, il y a un mais, les gâteaux crus sont souvent beaucoup trop lourds, quand j’en prépare pour le dessert je mange très léger avant car ils sont très copieux. C’est limite frustrant.

Dans ce cas, il me fallait quand même une solution de secours, au cas ou j’aurai envie de faire cuire des gâteaux, du pain d’épices, des falaffels sans four et sans acrylamine. Je me suis donc lancé dans une série d’expérimentations à l’aide de mon cuit vapeur. On peut faire des gâteaux et du pain à la vapeur, c’est juste qu’internet ne regorge pas trop d’exemples à ce sujet.

Quand j’ai commencé ma transition alimentaire il y a 4 ans, j’ai acheté un cuit vapeur (le vitaliseur de Marion) pour cuire à la vapeur, je l’adore et l’utilise quasi quotidiennement. Le principe est que les aliments sont cuits à la vapeur douce (95°C) et ils préservent ainsi une bonne partie de leur nutriments et leur saveur, et aucun risque de réaction de Maillard. Quand je l’ai eu il était vendu avec un plat à cake, que j’ai laissé au fond d’un placard jusqu’à très récemment.

Maintenant que l’heure de mon déménagement approche à grand pas, je n’avais plus le choix de le tester. Je me suis donc lancé et les résultats sont bluffants.

Le principe est simple, on fait chauffer 1/3 d’eau dans la cuve et des qu’elle bout on réduit la puissance de la plaque de deux tiers environ. On met le plat sur le panier vapeur et on laisse entre 35-40 min pour un grand cake. C’est équivalent au temps au four seulement l’énergie utilisé est largement moindre. Et autre point positif, impossible de rater la cuisson, le gâteau ne sera jamais trop cuit et jamais trop sec, au contraire beaucoup plus moelleux que la même recette au four.

Les moules allant au four vont aussi au cuit vapeur, à partir du moment qu’ils rentrent dans le panier.

J’ai également tenté du pain (tant qu’à faire:)), je l’ai mis dans un moule pour qu’il garde une belle forme, pareil cuisson environ 30 min. Le pain est très moelleux (j’ai jamais réussi à avoir ce genre de résultat au four) après bien sûr du fait de la cuisson vapeur il n’y a pas de croûte croustillante, c’est uniquement de la mie.

Petite précision si vous vous lancez, une fois la cuisson terminée, il faut sortir directement le gâteau et le faire refroidir sur une grille afin d’éviter qu’il se gorge d’eau.

Voilà pour mes expérimentations, je vais tenter aussi la brioche, les muffins, les génoises, les cookies… pour voir le résultat. En tout cas, je me sens sereine pour mon déménagement dans ma cuisine sans four et ça m’a un peu réconcilié avec les gâteaux et le pain, car j’en consommais plus. Même si j’avoue que je préfère largement les fruits.

Le seul inconvénient, il y en a quant même un, c’est que maintenant mon chéri et les enfants me réclament sans cesse des gâteaux, du pain…bref beaucoup de boulot en perspective 🙂

3 réflexions au sujet de « Défi réduction d’électroménager: J’ai décidé de renoncer à mon four »

  1. C’est courageux comme décision! Intéressant aussi de voir qu’on peut facilement se passer de four et quand même continuer les gâteaux 🙂

    J'aime

  2. alors moi je n’ai qu’une question ! Comment vous faites pour les pizzas ? (parce qu’ici, c’est la base de l’alimentation adolescente, hein, j’ai pas le choix…)

    J'aime

    1. Bonjour,
      Je ne consomme pas de pizzas, tout ce qui est au fromage je ne mange pas. Mes enfants ne sont pas encore adolescents, donc pour l’instant j’ai pas de souci. Bien sûr ils demandent de temps en temps, après je leur explique ma position là dessus. On verra dans qqs années, pour l’instant j’arrive toujours à trouver des choses qu’ils aiment. Et au dîner je prépare plusieurs petits plats (environ 5) au lieu d’un grand, comme ça ils piochent, c’est varié et il y a au moins une chose qui les satisfaits.
      C’est compliqué avec les enfants, ils veulent faire comme les autres, par exemple quand ma fille avait toujours un fruit pour goûter à l’école tandis que les autres avaient des gâteaux, chips…maintenant c’est elle qui demande dans le magasin à se choisir un fruit pour son goûter.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s