Super Astuces pour économiser grâce au minimalisme/ zéro déchet

Il y a encore quelques préjugés bien ancrés qui circulent sur le fait que une démarche minimaliste/zéro déchets est surtout une démarche de bobo et que à la fin du mois cela revient plus cher.

Lorsque je me suis lancée dans cette démarche mon but était de simplifier mon quotidien, mais la question financière avait aussi une part importante. N’oublions pas que un des facteurs de stress de notre société actuelle est la peur qui résulte d’une éventuelle baisse de revenus ou de ne pas réussir à boucler ses fins de mois. Il s’agit donc aussi de se simplifier à ce niveau là et être plus serein au quotidien.

Pour économiser il faut sortir du conditionnement de notre société actuelle, et se recentrer sur nos vrais besoins. La solution n’est pas de remplacer un produit jetable par un produit zéro déchet, mais de se demander si on en a vraiment besoin. C’est sur qu’un produit durable est plus économique sur le long terme que sa variante jetable, mais le plus économique reste encore de ne rien acheter du tout!

1-Sortir des préjugés

Ce que j’adore dans cette démarche, c’est qu’elle m’a fait sortir des sentiers battus et m’a poussé à m’interroger sur beaucoup de détails du quotidien. Il est bien évident que j’ai encore des choses à apprendre mais tout objet dit «indispensable» qui quitte mon domicile et que je ne rachète pas est une victoire. C’est comme une addiction à laquelle je mets fin, et comme chaque objet à un coup à la fin ce sont des économies non substantielles.

Avant toute chose, demandez vous si l’achat d’un produit « zéro déchets » est vraiment nécessaire. Je prends l’exemple des beewrap, ils ont l’air pratique, ils sont écologiques car ils remplacent le film étirable mais coûtent environ 20 euros les 3.

Si votre utilisation du film étirable se limite à recouvrir vos casseroles ou bols avant de les mettre au frigo, une assiette ou une soucoupe posé sur vos récipients fait aussi l’affaire et ne vous demande aucun investissement supplémentaire.

Pareil pour les gourdes à compote réutilisables, c’est joli ça plaît aux enfants car ils font comme les autres mais ne soyons pas dupes, la compote est à la base une recette pour éviter de gaspiller les pommes trop abîmés, un fruit pour le goûter fait aussi l’affaire et sa peau est prévu pour le protéger donc pas besoin d’en rajouter.

Je citerai aussi les bocaux et emballages en tout genre, on a tous chez soi des objets qui peuvent être utilisés, par exemple des anciens bocaux de confiture pour transporter son déjeuner, ou pour stocker ses aliments secs.

Un autre point que j’ai déjà mentionné dans mes articles est d’arrêter le shampoing et les crèmes (énorme économies en perspectives 🙂 ).

2-Pratiquer l’Upcycling

Certains parlent de récupération, mais je n’aime pas ce mot. Cela me fait penser à des objets abîmés et désuets, et moi je n’aime que les beaux objets. L’upcycling c’est faire du neuf avec du vieux, non seulement récupérer un objet et le réutiliser mais aussi l’embellir et lui donner ainsi de la valeur ajouté.

Soyons honnête, avec un peu (beaucoup) d’imagination tout peut avoir une seconde vie. Et quelle satisfaction de créer soi-même !

Tous les vieux vêtements et linge de maison peuvent avoir une nouvelle vie. Pour cela il faut les regarder non comme des déchets mais comme des matières premières. La démarche n’est plus dans ce cas de choisir un patron et d’aller acheter un tissu mais de choisir le patron à partir des vêtements qu’on n’utilise plus, en fonction de ses besoins bien sûr.

C’est sur ce point que je me différencie de certains minimalistes qui se débarrassent des vêtements qu’ils n’ont plus besoin, moi je garde les beaux tissus, les beaux boutons, les fermetures éclair, les boucles de ceinture…dans la limite du raisonnable bien sur 🙂

Quand je regarde par exemple un drap en chanvre qui est abîmé et troué au milieu (en général les draps sont toujours abîmés au milieu et les cotés sont en bon état) je ne vois pas un déchet, mais une trousse de toilette, une jupe d’été, un sac de voyage pour le weekend, une chemise de nuit pour une petite fille… Enfin bref tout dépend du besoin du moment.

Un vieux blouson en cuir peut devenir un sac à main tendance…

La seule limite c’est l’imagination !!!

Pas plus tard que cette après-midi je me suis dit que les cravates démodés de mon chéri feraient de superbes ceintures pour ma robe noire. Ça tombe bien je voulais quelque chose pour égayer cette robe.

3-Fuir les produits industriels

Les produits transformés ne sont pas sains et surtout sur-emballés, pour l’instant on est tous d’accord.

Mais les produits transformés en vrac sont en plus absolument hors de prix, comme par exemple les fameux biscuits à la biocoop à plus de 25 euros du kg. A ce prix la, on n’est pas tenté d’en abuser. Ou encore les amandes et noisettes enrobés de chocolat, les céréales du petit déjeuner sont pas mal non plus…

Une solution consiste à faire soi-même et j’admire ceux et celles qui se lancent la dedans, car c’est un sacré travail.

Malgré le fait que j’adore cuisiner, j’ai mes limites et fournir mes enfants en gâteaux quotidiennement en fait partie. Le point positif c’est qu’ils apprécient d’autant plus quand je leur en fait.

La solution consiste à remplacer, par exemple un porridge avec des flocons d’avoine en vrac à la place des céréales du matin, une banane au lieu d’un gâteau pour le goûter.

N’hésitez pas à partager si vous avez aimé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s