10 Choses que je n’achète plus dans la Salle de bain (1ère partie)

On va s’attaquer maintenant à la salle de bains, et malgré ce qu’on nous a fait croire, on peut prendre soin de soi avec le minimum du minimum :). C’est plutôt une bonne nouvelle car en matière de beauté et d’hygiène les scandales ne manquent pas, entre les déodorants aux sels d’aluminium suspectés d’être responsables du cancer du sein, les conservateurs potentiellement dangereux dans les lingettes pour bébé, les ingrédients suspects dans les crèmes , il n’est pas toujours évident de s’y retrouver et cette pièce de la maison dédié au soin et au bien-être est tout doucement entrain de devenir un repère de produits chimiques potentiellement toxiques. Mais contrairement aux idées reçues, on peut très facilement réduire le nombre des produits nécessaires, avec à la clé beaucoup d’économies potentielles et sans forcement recourir au DIY.

1-Les cotons démaquillants jetables et lait démaquillant

Vous trouvez maintenant assez facilement des petits gants en microfibre qui permettent un démaquillage sans produits supplémentaire. Il existe aussi des mascaras waterproof par exemple qui se démaquillent simplement à l’eau chaude, une révolution dans ma salle de bain (j’en suis fan 🙂 )

2-Les mouchoirs en papier

Bien que biodégradables, ils nécessitent des ressources pour leur fabrications et leur transports, sans parler de l’emballage plastique. Pourquoi ne pas passer aux mouchoirs en tissus, c’est beaucoup plus doux pour la peau (la différence est énorme en cas de rhume) et ils ne prennent pas beaucoup de place dans le lave linge. Vous pouvez en récupérer chez vos grands parents, aux marchés aux puces ou en fabriquer vous mêmes à partir de vieux T-shirts usagés en coton.

3-Les protections periodiques

Sans parler du nombre considérable de déchets générés par les serviettes périodiques, il y à aussi des scandales sur des résidus « potentiellement toxiques » dans les tampons tels que la dioxine, glyphosate et autres pesticides, et même si les niveaux détectés sont faibles, certains de ces produits sont soupçonnes d’être des perturbateurs endocriniens. En plus, il faut les acheter tous les mois et donc penser à les acheter, et que ces petites sommes accumulées finissent par peser sur le porte monnaie, il faut compter en entre 2 et 5 euros pour un paquet de serviettes ou de tampons, ramenés sur une durée de 30 ans cela fait entre 720 et 1800 euros de dépenses.

Il y a une solution plus économique , ne générant pas de déchets et sans danger pour la santé, c’est la cup (environ 30 euros pour 10 ans). Son utilisation n’est pas aisée de prime abord, mais on acquiert rapidement le coup de main. On peut même confectionner des serviettes en tissus en se servant de chutes non utilisés. Ce n’est pas sale de les laver et de plus c’est beaucoup, beaucoup plus confortable que les serviettes du commerce issues de la pétrochimie.

4-Le gel douche

Pourquoi utiliser du gel douche ??? pour nettoyer ou pour s’intoxiquer avec des tensioactifs (sodium laureath sulfate pour ne citer que lui…) des conservateurs, des parfums… qui de plus pour certains sont soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens sans compter le flacon en plastique qui finit à la poubelle … c’est sur que vu sous cet angle cela fait moins rêver que dans la pub.

Les gels douches contiennent comme on vient de le dire des tensioactifs, ce sont des molécules un peu particulières qui on la capacité de se fixer aux corps gras et de les faire passer dans l’eau. Or sur la surface de notre peau nous avons ce qu’on appelle un film hydrolipidique qui sert de protection à la peau. Ce film protège la peau de plusieurs façons, il s’oppose a la pénétration de substances étrangères, il régule l’hydratation et il lutte contre les agression microbiennes. Donc le gel douche même bio, car un tensioactif naturel reste un tensioactif, va participer à la dégradation de ce film ce qui va nous rendre plus sensible aux agressions microbiennes et va dessécher la peau.

Il existe une méthode très simple pour le remplacer, c’est le brossage à sec, en brossant vous allez enlever les cellules mortes et activer la circulation lymphatique. Attention toutefois à toujours toujours brosser en remontant vers le cœur, vous allez voir cela provoque une sensation agréable de chaleur, et après on prend sa douche tranquillement à l’eau…

5- Le baume à lèvres

Pendant des dizaines d’années j’étais accro au baume à lèvres, mais quand je dis accro c’est que je ne pouvais littéralement pas vivre sans… il s’agissait bien de dépendance, j’avais les lèvres dans un tel état que si je ne m’en mettais pas le soir, les tiraillements m’emperchaient de dormir, parfois je devais même m’en remettre dans la nuits, du coup je le laissais sur ma table de chevet en cas d’urgence! Et je ne mettais la plus part du temps des que des produits naturels type beurre de karité , mon chouchou fut un temps. Et la solution est venue de mon chéri, cet hiver-là, il avait lui aussi développé une dépendance mais à un baume à lèvres du commerce (comme quoi ce n’est pas une question de produit), et il a arrêté net quelques jours et après les tiraillements sont partis. En ce qui me concerne j’ai «souffert» environ deux semaines avant que les tiraillements partent mais depuis je suis guérie, voila plus de deux ans que je m’en suis remise. Mes lèvres vont beaucoup mieux, je peux même mettre du rouge à lèvres, alors que par le passé je ne pouvais pas le supporter car il desséchait trop les lèvres. En fait, pour résumer la peau de mes lèvres est devenue dépendante au produit, entraînant une paresse, et elle ne remplissait plus correctement son rôle. Moralité, laissez vos lèvres tranquilles elles vont très bien se débrouiller toutes seules.

Publié par oana_minimaliste

J’ai commencée le minimalisme peu après la naissance de mon second enfant, cela fait plus de 5 ans maintenant (le temps passe trop vite:)). Malgré une bonne organisation, je me sentais submergée par le quotidien, entre le travail et les enfants , ma vie était réglée comme du papier à musique, et le moindre petit imprévu et c’était vite la cata. J’avais besoin de me simplifier la vie, d’y voir plus clair et si en plus je pouvais faire quelques économies au passage… je me suis lancée donc a fond dans le minimalisme. Quelques temps après, principalement pour des raisons de santé je suis devenue végane, ça a été une vraie révélation et contribué non seulement a mon bien être mais aussi a me simplifier le quotidien. Je vais partager avec vous mon parcours, les trucs qui ont marché pour moi et les erreurs qui m’ont fait apprendre. Et oui le minimalisme a transformé ma vie, en mieux évidement !!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :